Retrouvez-nous sur Facebook Suivez-nous sur twitter Nous sommes sur Google+ Souscrire

Plaidoyer pour une école publique de qualité : Cheikh Mbow en appelle à la responsabilité de l’Etat

La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) veut étouffer dans l’œuf l’idée agitée par certains acteurs de privatiser l’école sénégalaise. Son coordonnateur national regrette déjà que «l’école publique se privatise», dans la mesure où elle «coûte chère, à cause des frais opportunistes.»

Dans cette partie qui n’avait pas fait l’objet de publication, tirée de l’interview que Cheikh Mbow a récemment accordée au journal Le Quoti­dien, il fait remarquer que l’argent collecté auprès des élèves pour l’achat de balais par-ci, les cours de rattrapage par-là, ou encore le paiement des cours en informatique, constituent des frais opportunistes que les ménages peinent à supporter. Avant d’attirer l’attention sur le fait que «l’école de manière globale aussi va vers cette privatisation et apparemment, il y a des gens qui y trouvent leur compte.»
Mais qu’à cela ne tienne ! Le coordonnateur de la Cosydep indique que les défenseurs de l’école publique ne soutiendront jamais une telle initiative. «Nous considérons que l’école privée est importante, comme les écoles communautaires. Mais, ce sont des offres d’éducation qui doivent venir en complément à l’école publique, parce que l’éducation, c’est d’abord de la responsabilité de l’Etat. L’éducation est un concept qui est éminemment public. Cela veut dire que tous les enfants et jeunes de ce pays doivent bénéficier d’une offre d’éducation publique et le garant doit être l’Etat et personne d’autre», a-t-il tranché.   
Pour rappel, à ce propos, Cheikh Mbow a indiqué pour le déplorer qu’il y a quelques années, «l’école privée était considérée comme une honte, étant un signe d’exclusion, mais aujourd’hui, même ceux qui n’ont pas de moyens se débrouillent pour aller payer par des pièces dans les écoles privées. Cela pose problème.» Pour lui, le temps est venu de redorer le blason de l’école publique. «Il faut que les enseignants de l’école publi­que soient mieux formés, que les pa­rents puissent faire confiance en l’école publique, que l’Etat repense l’é­cole publique s’il veut nous changer de situation», a-t-il recommandé.
alyfall@lequotidien.sn

Source : Le Quotidien